L'AUTOMNE .

 

L'automne

 

AUTOMNE EN FLEURS , HIVER PLEIN DE RIGUEUR.

L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.

Astronomiquement, elle commence avec l'équinoxe d'automne et finit au solstice d'hiver.

Cette période correspond aux mois de septembre, octobre et novembre dans l'hémisphère nord et de mars, avril et mai dans l'hémisphère sud.

Dans le calendrier républicain français, l'automne est la première saison de l'année et comprend les mois de vendémiaire, brumaire et frimaire.

Un redoux d'environ une semaine survient pendant la saison d'automne et la température s'élève au point de rappeler une journée d'été. Pour cette raison, cette courte période est appelée « été indien » en Europe ou « été des Indiens » au Canada.

Source : Wikipédia - Automne

Les arbres en automne

Pourquoi les arbres perdent-ils leur feuilles et pourquoi les feuilles changent-elles de couleur ?

arbre02.jpg

Tu as sûrement remarqué qu'en automne, les couleurs des arbres sont magnifiques : jaune, rouge, doré… juste avant que l'arbre ne perde toutes ses feuilles.

Que se passe-t-il ?

Un peu comme nous, l’arbre a besoin de respirer et de manger pour vivre. Mais sa “respiration” est l’inverse de la nôtre : l’arbre absorbe du gaz carbonique et rejette de l’oxygène.

Le gaz carbonique mêlé à l’eau récupérée par les racines est ensuite transformé en nutriments pour l’arbre. C’est la photosynthèse. Cette transformation chimique est réalisée grâce à l’énergie du soleil et à la chlorophylle, un pigment vert contenu dans les feuilles.

Tu comprends maintenant l’importance de la chlorophylle pour les arbres. C’est elle qui donne la couleur verte des feuilles au printemps. Or, en automne, tu vois que les feuillages des arbres changent de ton. C’est parce qu’il y a moins de chlorophylle dans les feuilles. On voit alors apparaître les deux autres pigments habituellement cachés par le vert : le rouge et le jaune.

À partir de la fin du mois de septembre, les jours raccourcissent. La feuille reçoit moins de cette lumière qui la fait vivre. En plus, un bouchon se forme peu à peu à l’endroit où sa queue (le pétiole) se rattache à la branche. Il empêche la nourriture d'accéder à la feuille. Privée à la fois de lumière et de nourriture, la feuille n’arrive plus à fabriquer de chlorophylle. Une fois ses réserves épuisées, elle meurt… et tombe de l’arbre !

Que les feuilles se colorent et tombent n'est en rien une coquetterie végétale : c'est une adaptation pour survivre au froid hivernal. En effet, à l'automne, lorsque les premiers frimas arrivent, l'arbre doit mettre en place un système pour vivre au ralenti durant l'hiver.Le tronc et les branches, isolés par l'écorce, sont en mesure de supporter les conditions hivernales. Comme les racines, au chaud dans le sol. Reste le problème des feuilles : leurs tissus tendres ne résistent pas aux basses températures.

redmapl.jpg

Privées de sève
Les arbres, adaptés aux régions froides ou tempérées évitent de dépenser de l'énergie inutilement pour des organes destinés à geler et mourir. Les feuilles sont donc progressivement isolées des canaux qui transportent la sève.

Ceux-ci sont scellés par une couche de liège qui se forme à la base de chaque pétiole. Ce bouchon bloque les canaux acheminant l'eau et les minéraux vers chaque feuille.

Elles survivent cependant quelque temps en digérant leurs propres réserves, mais peu à peu, déshydratées, elles durcissent. Lorsque la couche de séparation est complète, l'attache est prête à se rompre, et les feuilles, à tomber. Au premier coup de vent, elles s'envolent en laissant une cicatrice qui sera recouverte par une fine couche de liège.

Ce phénomène, qui ne se produit que dans les régions tempérées à saisons bien tranchées, ne survient pas “tout seul”. Il est déclenché par la baisse des températures et par la diminution de la durée du jour (ou photopériode). En effet, la surface d'une feuille est couverte de capteurs sensibles à l'énergie solaire. Quand la photopériode décroît, une hormone, l'éthylène, est davantage produite. Elle permet la mise en place du bouchon de liège.

Apparition des pigments cachés
Une conséquence de ce phénomène est la coloration des feuilles. Puisque celles-ci ne sont plus alimentées par la sève brute, la photosynthèse, la réaction chimique dont les plantes tirent leur énergie, est interrompue.

Par conséquent, la chlorophylle, le pigment vert qui participe à la photosynthèse, se dégrade. La couleur verte cesse d'être dominante et se voit supplantée par les pigments rouges, jaunes et orange (les carotènes et les xanthophylles) d'habitude masqués par le vert.

Quant aux conifères, comme le pin, l'épinette et le cèdre, ils ont une stratégie différente. Ils possèdent des feuilles coriaces et persistantes sous la forme de petites aiguilles ou d'écailles.

Elles sont recouvertes d'une couche de cire, isolante, et leurs cellules contiennent des substances spéciales pour résister au froid. De cette manière, la plupart des conifères peuvent supporter les pires conditions hivernales.

 

 

Pour en savoir plus :

•Arbre : Les arbres qui perdent leurs feuilles sont dits “à feuilles caduques” et ceux qui les conservent “à feuilles persistantes” (comme les conifères : pins, sapins…).
•Photosynthèse : Réaction chimique propre aux végétaux utilisant : l’énergie solaire, l’eau, les sels minéraux, l’oxygène et le gaz carbonique pour fabriquer des sucres.
•Chlorophylle : Pigment vert permettant de capter la lumière et de réaliser la photosynthèse.
•Feuille : les différentes parties de la feuille :

feuilleautomne03.gif

 

les20choses20de20lautomne.jpg 

 

 louisette.gif

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site