L'Anorexie et la Boulimie .

Anorexie --- Boulimie



En fait, ce n’est pas à sa façon de manger ou de ne pas manger qu’on reconnaît une anorexique ou une boulimique, c’est à son discours, à sa personnalité.

Quelle différence avec l'anorexie, d’autant que les personnes boulimiques commencent souvent par une anorexie très sérieuse à l'adolescence et que, tout au long de leur vie, elles alternent des phases d'anorexie et de boulimie...

Les anorexiques, elles aussi sont obsédées par la nourriture, mais elles réussissent à garder le contrôle alors que les boulimiques non. Autre point commun : certaines boulimiques vomisseuses sont parfois aussi maigres que les anorexiques les plus graves.


Mais c'est sur le discours surtout que les différences frappent le plus : en général, les boulimiques se dévalorisent beaucoup et ont une image d’elles-mêmes très négative.

  • Anorexie  

Véritable "grève de la faim" à titre personnel, l'anorexie entraîne une terrible souffrance corporelle : insomnie, troubles circulatoires, froid permanent, perte de cheveux, décalcification et ostéoporose, fatigue permanente ou hyperactivité, perte de mémoire et de concentration, dépression, désespoir. Mais le traitement, en institution ou par consultations spécialisées, se heurte à un obstacle majeur : le DENI des patientes. Les anorexiques ne se considèrent pas comme malades et refusent parfois jusqu'au bout, entretiens et soins.

Il existe bien d'autres perturbations du comportement alimentaire :
- repas excessifs,
- grignotages incessants,
- "toxicomanie au sucréou au chocolat",
- potomanie (ingestion de très grandes quantités de liquides par jour),
qui peuvent faire souffrir ceux qui en sont atteints. Tous ces traitements perturbés sont accessibles aux traitements.



Les anorexiques ont une moins mauvaise image d’elles-mêmes et refusent souvent de se remettre en question.C’est une grève de l’appétit motivée par l’obsession d’être toujours plus mince. Elle débute presque toujours à l’adolescence et touche les filles dans 9 cas sur 10. Ce désir de maigrir à tout prix et de plus en plus, repose sur une perception du corps totalement imaginaire, sans aucun rapport avec la réelle corpulence de la jeune fille. La restriction alimentaire très stricte est souvent dissimulée à l’entourage afin de faire illusion le plus longtemps possible. L’adolescente prend parfois, en plus, des laxatifs et se force à vomir lorsqu’elle a consenti à manger.

C’est une maladie grave et difficile à traiter, qui peut se terminer par la mort par dénutrition dans les cas graves. A force de ne rien manger, les mécanismes de faim et de satiété sont altérés ; l’amaigrissement devient pathologique et s’accompagne de carences nutritionnelles. Dans les cas graves il faut recourir à l’hospitalisation pour re-nutrition par gavage. L’isolement avec séparation du milieu familial est parfois nécessaire. Le traitement fait intervenir médecins, nutritionnistes et psychiatres. C’est un traitement au long cours qui repose sur un contrat de prise de poids régulière, contrat conclu avec le médecin dans lequel la jeune fille s’engage à se ré-alimenter progressivement, accompagné d’une psychothérapie individuelle ou familiale.

Il peut être très difficile de faire retrouver l’appétit à l’anorexique, et, dans seulement la moitié des cas d’anorexies graves, les contrats de poids réussissent. Les rechutes sont nombreuses et la maladie devient chronique.

On ne connaît pas précisément le pourcentage d’anorexie dans la population générale, mais on observe que le nombre d’hospitalisations a doublé en une génération. 

Quelques conseils pour aller mieux

http://www.bouliana.com/site/


Boulimie

La boulimie se caractérise par des périodes de pulsions incontrôlables vis-à-vis de la nourriture, suivies d'une réaction déclenchée par la peur de grossir, à l'origine de diverses pratiques néfastes : vomissements, diurétiques, jeûne ou restrictions alimentaires. Le cycle boulimique peut se répéter plusieurs fois par jour ou moins fréquemment.
Dans la majorité des cas, la boulimie se vit dans la honte et la clandestinité. La plupart des patients hésitent à consulter et espèrent contre toute évidence s'en sortir seuls.
Les personnes boulimiques peuvent être d'un poids trop faible, normal ou excessif et une même personne peut vivre successivement des périodes anorexiques puis boulimiques, la frontière entre ces deux types de comportement n'étant pas toujours très bien définie.Le vide est une sensation plus ou moins angoissante selon les gens. Pour les bouddhistes, elle est source d’appaisement. Pour certains, elle est totalement insupportable au point qu’ils ont besoin d’une addiction (alcool, drogue, boulimie…) pour essayer de lui échapper. Heureusement, elle n’est qu’un symptôme duquel une thérapie bien ciblée permet se distancier…..

La boulimie est une perte de contrôle du comportement alimentaire avec une pulsion irrésistible à manger. Comme l’anorexie, elle touche les filles, surtout, à l’adolescence. Les crises de boulimie durent une heure ou deux pendant lesquelles l’adolescente mange à toute vitesse n’importe quoi, n’importe comment et sans aucun plaisir, en se cachant des autres. Elle vide le frigidaire en se bourrant des aliments les plus caloriques, puis est prise de douleurs au ventre et vomit. Les boulimiques arrivent donc à maintenir un poids normal car elles ne gardent pas les aliments. Elles prennent parfois des laxatifs. Il faut donc les distinguer des personnes qui mangent trop (hyperphagiques) et deviennent obèses.

Les crises de boulimie sont plus ou moins aiguës. Elles alternent parfois avec des périodes de restriction alimentaire intense et sont alors une sorte de compensation en rapport avec des régimes trop stricts. La boulimie est ainsi souvent une conséquence des contraintes sociales et culturelles qui érigent en modèle des régimes impossibles à tenir pour les jeunes femmes.

La boulimie a des causes d’ordre psychologique : elle est liée à de troubles du désir, parfois à une dépression. Certains la considèrent comme une dépendance, comparable à l’alcoolisme ou la toxicomanie. Les boulimiques sont conscientes de leur problème et ont souvent recours à une aide psychologique. Le traitement repose sur la psychothérapie, avec parfois des antidépresseurs. Le pronostic de guérison de la boulimie est en général bon, mais les rechutes sont fréquentes.

Dr Béatrice Sénemaud

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (3)

1. Veronika 15/03/2013

Ce texte est bourré de clichés. C'est une horreur.

2. elif 16/09/2008

bon courage pour les personne qui ot une maladie grave bon rètablisemen de tou mon coeur mais il faut bien tenir bien s'acrocher pour guèrir et ne pas se lacher encore bon courage

3. kanarito 16/09/2008

j'ai bien aimè votre site car cette maladie peu arriver a tous le monde et il y a beaucoup d'informations sur ce site :) bonne continuation pour votre cite et bon rètablissement pour ce ki ont cette maladie ou autre bon courage!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site